Attentat du 13 novembre 2015 : message de Patrick Kanner

Publié le : lundi 16 novembre 2015 - Modifié le : mardi 22 décembre 2015

Message de Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, suite aux attentats vendredi 13 novembre 2015 à Paris.

Vendredi, notre pays a connu deux heures de carnage, de barbarie, de massacre, d’horreur pour ce qu’il faut bien appeler un acte de guerre commis contre la France : 481 victimes et leurs familles auxquelles nous pensons avant tout à cet instant.
Vendredi, Paris et la France ont été hébétées, sidérées, bouleversées.
Aujourd’hui, Paris et la France sont dans la peine et la compassion.

Mais demain, Paris et la France seront dans l’action pour une lutte impitoyable contre ceux dont l’idéologie obscurantiste et mortifère se veut castratrice des modes de vie que nous aimons : se retrouver, échanger, débattre, plaisanter, voir un spectacle et donc simplement vivre, vivre avec nos différences mais vivre et imaginer ensemble.
Alors oui, une société comme celle là, ouverte et confiante est une société plus vulnérable aux ennemis de nos libertés.
Ceux-là ont voulu tuer, tuer la France de la diversité, de la jeunesse, de la tolérance, de la liberté de pensée, de la laïcité. Ils ont aussi voulu terroriser notre communauté nationale. La France représente tout ce qu’exècre l’Etat Islamique.
Ecoutez bien le nom de ces lieux : Le Stade de France, Le Bataclan, La Bonne Bière, La Belle Equipe, le Petit Cambodge, le Comptoir Voltaire.
Tous ces noms sont des symboles comme celui du Carillon :
-  Le glas sonne pour nos morts et nos endeuillés

-  Le Tocsin sonne contre les ennemis de la Liberté et notre réponse est d’affirmer qu’un Etat de Droit a le droit de se protéger y compris avec des mesures exceptionnelles.

-  Et bientôt les cloches sonneront à la volée pour célébrer la victoire de la fraternité laïque contre le radicalisme extrémiste qui espère la montée des tensions entre les Français en raison de leur appartenance religieuse.

Je le dis haut et fort : les habitants de nos quartiers populaires n’ont pas à se justifier de leur appartenance à la communauté nationale. Et Il faut dénoncer ceux qui attisent la haine en mettant en doute cette appartenance.
Rien ne sera plus comme avant. Rien ne doit être comme avant si nous voulons construire la concorde universelle, celle qui s’est exprimée ce week-end avec les couleurs de notre République sur les principaux monuments des pays amis, celle qui s’est exprimée avec ces marseillaises jouées dans les stades et les lieux de spectacle.
Que ces couleurs et ces paroles d’espoir, exprimant la solidarité internationale à l’égard du peuple français, soient pour nous le plus bel encouragement à proclamer avec fierté, sans peur et avec l’esprit de résistance :

Vive la Vie
Vive la République
et Vive la France

Seul le prononcé fait foi.

Dans la même rubrique

25 novembre 2014

Patrick Kanner visite une résidence du réseau de Cohabitation Solidaire Intergénérationelle

"La France s’engage" pour la solidarité intergénérationnelle : la résidence Paul & Noémi FROMENT de Vitry-sur-Seine (94) a été inaugurée ce lundi 24 novembre. C’est une nouvelle étape pour le réseau COSI, qui fédère les associations s’attachant à (...)