Cérémonie d’annonce des 10 lauréats La France s’engage au Sud – 2e appel à projets

Publié le : mercredi 9 novembre 2016

Les 10 lauréats de la seconde édition du dispositif « La France s’engage au Sud » ont été dévoilés, lundi 7 novembre, lors d’une cérémonie en présence du Président de la République, François Hollande, et de Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

Débutée par une table-ronde intitulée « L’innovation sociale, une aventure collective, planétaire et engagée », cette cérémonie a dans un premier temps permis de montrer l’impact positif de « La France s’engage au Sud » pour les lauréats de la 1ère édition. Des lauréats particulièrement touchés par l’intervention du chanteur camerounais Blick Bassy qui est revenu en chanson sur leur parcours.

La centaine de participants présents ont ensuite eu le privilège de découvrir les 10 lauréats de cette 2nde édition qui ont eu l’opportunité de s’exprimer sur leur projet mais aussi sur la réalité du quotidien de leur pays. Un optimisme et une joie certaine, grâce au dispositif LFSE au Sud, ressortaient du discours de chaque lauréat.

Présent pour l’événement, le Président de la République, François Hollande, a pu revenir sur le succès rencontré par le dispositif LFSE au Sud lancé le 24 avril 2015, avec plus de 1700 candidatures déposées au total.

LFSE au Sud répond à un besoin concret : offrir soutien et accompagnement à ceux qui portent des initiatives innovantes au service de l’intérêt général, du développement de leur pays. En effet, les freins au développement de leurs projets sont nombreux : manque de moyens, manque de soutien. L’objectif est ainsi le même que celui de La France s’engage : aider ces projets à changer d’échelle, à toucher rapidement un public plus large.

Le Président a clôturé cette cérémonie en affirmant que les lauréats incarnaient « un mouvement qui est le plus beau possible, c’est une belle idée et il ne s’arrêtera pas ».

JPEG - 28.7 ko

Découvrez les lauréats de cette 2nde édition :

GiftedMom, Cameroun, 2014 : Le projet vise à diminuer le taux de mortalité infantile et maternelle au Cameroun en mettant en place des technologies digitales d’accès aux soins, pour la mère et l’enfant.

Dream in Tunisia, Tunisie, 2012 : Le projet vise à replanter des arbres forestiers (acacias) en milieu désertique afin de :
-  former les agriculteurs à de nouvelles méthodes d’agriculture durable ;
-  d’aider les agriculteurs à valoriser leurs produits à travers leur commercialisation ;
-  d’œuvrer à la reforestation de zones désertiques.

Sisalco, Haïti, 2009 : Le projet permet, à partir d’une usine familiale produisant du sisal, de valoriser ce produit via le développement d’une filière d’exploitation inclusive vis à vis des agriculteurs locaux. Les principales retombées sont : la création d’emplois et de revenus en milieu rural et lutte contre le réchauffement climatique.

Vientiane Rescue, Laos, 2010  : Ce projet, lancé par des volontaires, est le premier et unique service de secours d’urgence gratuit et permanent présent au Laos. Il permet de palier une absence criante de ce type de service public.

BioProtect-B, Burkina Faso, 2012 : Le projet permet d’accroître le recours aux intrants agricoles bio (bio pesticides et fertilisants organiques) au Burkina Faso, tout en ayant un impact social et économique.

Fapel, Guinée, 2003 : Le projet consiste en la production locale et la commercialisation de pompes à eau à piston alternatives à des coûts très abordables pour les municipalités et les foyers domestiques. Les principales retombées du projet sont les suivantes :
-  un fort impact santé (réduction des maladies d’origine hydrique) ;
-  l’amélioration de la tâche des femmes (pas de corvées d’eau) ;
-  la facilitation de l’irrigation pour les petits exploitants agricoles.

FasoPro, Burkina, 2012 : Le projet vise à professionnaliser et industrialiser la production de chenilles de karité pour la rendre disponible toute l’année, à un prix stable et dans de meilleures conditions d’hygiène. En outre, il permet la création d’emplois stables et trois fois mieux rémunéré que la moyenne pour les populations locales.

Coopérative Baobab, Bénin, 2012 : Création de débouchés innovants aux produits issus de la transformation du baobab. Le marché pour ces produits dérivés est à la fois local (cosmétique, savon, fibres pour la cuisine et alimentation animale), mais prend de l’ampleur grâce à deux partenariats pour l’exportation de la pulpe de ce fruit en France et en Italie. En outre, il contribue à l’émancipation des femmes locales en leur permettant d’être autonomes financièrement.

Bassita, Egypte, 2014 : Le projet permet aux internautes de s’associer à la réalisation de causes sociales, culturelles ou environnementales en utilisant les technologies numériques, à travers un nouveau procédé appelé « click funding ». Pour une campagne de débilisation donnée, plus les internautes aiment, partagent ou laissent de commentaires sur une campagne, plus la donation du sponsor de la campagne est importante.

Life Builders, Côte d’Ivoire, 2015 : Le projet vise à déployer des formations intensives et gratuites aux métiers techniques du numérique, à destination des jeunes sans emploi, ou issus de milieux défavorisés. Il permet de compléter les dispositifs publics ivoiriens existants, ainsi que les programmes financés par l’AFD (C2D), tout en anticipant une future demande de main d’œuvre formée aux outils numériques.

Retrouver le discours de clôture du Président de la République :


Discours lors de la clôture de l’événement « La... by elysee

Dans la même rubrique

27 octobre 2016

Une "COP21 de la démocratie" à Paris en décembre !

La France accueillera, les 7, 8 et 9 décembre, le quatrième Sommet mondial du Partenariat pour un Gouvernement Ouvert (PGO).