La place des femmes au cœur de la vie associative

Publié le : jeudi 7 mars 2013 - Modifié le : mercredi 17 août 2016

La journée internationale des droits des femmes vendredi 8 mars est l’occasion de rappeler la place des femmes dans le tissu associatif.

La place des femmes au cœur de la vie associative
La journée internationale des droits des femmes vendredi 8 mars est l’occasion de rappeler la place des femmes dans le tissu associatif.

  • 40% des femmes sont adhérentes d’au moins une association en France, un taux inférieur à celui des hommes qui sont 50% (1) . Elles se tournent plus souvent vers des associations à but social. Comme pour les hommes, trois quart d’entre elles participent régulièrement aux activités de leur association tout au long de l’année (2) .
  • 28% des femmes sont bénévoles dans une association ou un autre type d’organisme, alors que les hommes sont 35% (3) .

La proportion de femmes augmente à la tête des associations, surtout dans les associations récemment créées. Un tiers des présidents d’association sont des femmes (4). Elles dirigent plus fréquemment des associations culturelles (44% des présidents y sont des femmes). Elles occupent également 40% des présidences d’associations des secteurs de l’éducation/formation/insertion et de l’action humanitaire et caritative.

Les motivations de l’engagement associatif sont relativement semblables pour les deux sexes : la sensibilité au projet associatif, une sollicitation de l’association et une volonté d’engagement. En revanche, les freins diffèrent : le manque de temps est partagé mais les responsabilités familiales sont avant tout citées par les femmes, plus que celles professionnelles.

Les présidentes d’association sont ou ont été moins souvent que les hommes membres d’un parti politique ou d’un syndicat. En revanche, elles exercent ou ont exercé une fonction d’élu local dans la même proportion que les hommes présidents d’association.

Pour la moitié des femmes présidentes, elles ont le sentiment que leurs responsabilités associatives ont eu un impact favorable sur leur carrière professionnelle.

Les femmes présidentes accèdent à ce poste plus souvent après avoir été adhérentes, usagères, bénévoles, secrétaires et membres du conseil d’administration mais moins souvent fondatrices ou vice-présidentes que les hommes.

  • Les femmes constituent la majorité des emplois associatifs (69 %). Elles sont particulièrement nombreuses dans les secteurs du sanitaire et du social.
  • La générosité (dons de sang et d’argent) est parfaitement comparable entre femmes et hommes. Les femmes ont tendance à faire plus de dons en nature (jouets, vêtements, etc.) (5) .

Pour plus de détails sur :

Le Ministère des Droits des Femmes

la place des femmes dans les instances dirigeantes associatives

la nature des contrats des femmes salariés du secteur associatif :

les sources :

  • 1- Recherches et solidarités, Les différents visages de la solidarité en France, septembre 2011.
  • 2 - Insee, statistiques sur les ressources et les conditions de vie (SRCV-SILC), enquête 2010.
  • 3 - Lionel Prouteau, Chiffres-clés Bénévolat, enquête sur la vie associative en France en 2010, DREES-BVA.
  • 4 - Muriel Tabariés, Les présidents d’association en France : quels profils et quelles trajectoires ?, Stat-info du ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et de la Vie Associative, décembre 2011.
  • 5 - Recherches et solidarités, Les différents visages de la solidarité en France, septembre 2011.

Dans la même rubrique

25 juillet 2012

Nouveaux repères 2012 sur les associations en France

Les chercheuses Edith Archambault et Viviane Tchernonog du Centre d’économie de la Sorbonne CES-CNRS ont réalisé une publication rassemblant des chiffres issus de sources diverses (enquête CNRS-CES, tableaux de l’économie sociale de l’INSEE, enquête (...)
30 octobre 2013

Hors-série " Le paysage associatif français : mesure et évolutions"

Le hors-série " Paysage associatif français : mesure et évolutions" publié par Juris éditions et tiré de l’étude de Vivianne Tchernonog est préfacé par Valérie Fourneyron, ministre chargée de la vie (...)