Le financement participatif (crowdfunding)

Un mécanisme de financement innovant pour récolter des fonds

Publié le : jeudi 4 septembre 2014 - Modifié le : jeudi 1er octobre 2015

L’ordonnance du 30 mai 2014 sécurise le cadre juridique du financement participatif. Elle prévoit la création de deux statuts pour les plateformes.

Le financement participatif est un mécanisme de financement innovant pour récolter des fonds auprès du public, le plus souvent via une plateforme Internet, en vue de financer un projet créatif ou entrepreneurial.
Il existe trois formes de financement :

  • les dons (ouvrant droit à réduction d’impôts le cas échéant),
  • les prêts
  • les investissements en fonds propres (apport en capital).

L’ordonnance du 30 mai 2014, publiée au Journal officiel du 31 mai, prévoit la création de deux statuts pour les plateformes :

  • Conseiller en investissement Participatif (CIP) pour les plateformes qui commercialisent des actions ou obligations de sociétés non cotées (y compris des SAS) ;
  • Intermédiaire en Financement Participatif (IFP) pour celles qui fournissent le service de prêts (rémunérés ou non) ou de dons.

A noter : les plateformes qui ne proposent que le service de don ne sont pas obligées de prendre le statut d’IFP.

Le statut de conseiller en investissement participatif devrait être moins contraignant que celui de conseiller en investissement financier.

En 2013, l’Autorité des marchés financiers (AMF) et l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP) ont publié deux guides du financement participatif :

  • un à destination du grand public,
  • l’autre pour les plateformes et les porteurs de projets.

Pour aller + loin :

Dans la même rubrique

27 septembre 2006

Vers plus de transparence dans l’attribution des subventions

Le décret d’application relatif à la publication par voie électronique des subventions versées aux associations a été publié le 19 juillet 2006. Désormais, à l’exception des aides attribuées en application d’une loi ou d’un règlement, toute subvention (...)
23 juillet 2014

Economie sociale et solidaire : conséquences de la loi pour les associations

Les financements associatifs sont diversifiés et sécurisés au plan juridique. De nouveaux outils sont mis en place pour encourager le développement des associations. Le soutien à l’engagement associatif bénévole et volontaire est réaffirmé. Le (...)