Les obligations à l’égard de la SACEM

Publié le : mardi 23 septembre 2008 - Modifié le : lundi 26 septembre 2016

La loi du 1er juillet 1992 a instauré un code de la propriété intellectuelle, lequel abroge les textes antérieurs et notamment les lois du 11 mars 1957 et du 3 juillet 1985. S’agissant de la propriété littéraire et artistique, ce code ne remet pas en cause le fond du droit mais le simplifie dans sa forme en y intégrant les articles concernant les droits d’auteur et les droits
voisins du droit d’auteur ainsi que ceux relatifs à la rémunération pour copie privée, aux sociétés de perception et de répartition des droits, et enfin aux procédures et sanctions propres à ce dispositif.

L’objectif de cette législation est de protéger la création musicale et toute création artistique ; c’est pourquoi dès qu’une œuvre est interprétée, ou son enregistrement présenté, une autorisation doit être obtenue et des droits doivent être payés.

Ainsi dès qu’une association pour une manifestation qu’elle organise, fait appel à la musique sous quelque forme que ce soit, elle est tenue à des obligations vis à vis de la société des auteurs, compositeurs, éditeurs de musique (SACEM).

Avant le spectacle ou la manifestation

15 jours avant la manifestation, une déclaration doit être adressée à la délégation régionale de la SACEM ; celle-ci fera alors parvenir à l’association un contrat général de représentation qu’il convient de renvoyer après l’avoir dûment complété et signé. Toutefois, de nombreuses manifestations peuvent relever d’une procédure forfaitaire simplifiée (consulter le site www.sacem.fr ou la délégation régionale compétente.

Dix jours après

Si la tarification appliquée est au pourcentage, un état des recettes et des dépenses sera envoyé à la SACEM pour le calcul des droits. Le programme des œuvres interprétées doit par ailleurs être remis pour les concerts et spectacles.

Une note de débit est alors adressée par la Sacem à l’association mentionnant la somme à acquitter ainsi que la date limite de paiement. Étant précisé, évidemment, que les droits d’auteur sont toujours à la charge de l’organisateur de la manifestation, et non à celle des musiciens ou artistes ... qui se produisent à sa demande (sauf, cas particulier ou ils organisent la séance pour leur propre compte).

Pour en savoir plus

Pour chaque type d’événements (concert, soirée dansante, kermesse, etc.), on trouvera, sur le site de la SACEM, l’ensemble de la réglementation applicable (démarches, tarifs, etc.).

Dans la même rubrique

23 septembre 2008

Les lotos, loteries et tombolas

Ces pratiques sont souvent utilisées par les associations pour augmenter leurs ressources propres, notamment lors de manifestations.
17 juin 2013

Les règles applicables à l’ouverture d’un débit de boisson

Les associations sont nombreuses à souhaiter vendre des boissons, alcoolisées ou non, à l’occasion de manifestations auxquelles elles participent ou organisent. Ce peut être un moyen de financer les missions sociales. Certaines associations peuvent (...)

A télécharger

Les guides pratiques

Vos démarches