Les placements non boursiers

Publié le : mercredi 10 novembre 2010 - Modifié le : lundi 26 septembre 2016

Lorsqu’une association dispose d’une réserve financière, elle peut effectuer des placements, dont certains sont sans risques et permettent d’avoir de l’argent disponible.

Les comptes sur livret

Les associations peuvent ouvrir un livret A auprès d’un établissement financier habilité (Caisses d’épargne, Banque postale, etc.). Le plafond des dépôts atteint cinq fois celui des livrets des personnes physiques (soit 76 500 € ). Au delà du plafond, le solde des revenus disponibles pourra être placé sur le livret B, dont les revenus sont soumis à l’impôt et aux prélèvements sociaux.

Ce placement de rentabilité faible (1,75 % l’an depuis le 1er août 2010), mais dont la fiscalité est avantageuse, présente un intérêt certain pour la plupart des associations, dans la mesure où il est très " liquide " (l’argent placé est disponible à tout instant, sans pénalités), et d’une sécurité totale (il n’y a aucun risque de voir le capital placé se réduire).

Les bons de caisse

Ce sont des " bons à ordre ou au porteur " comportant engagement, par les banques et établissements de crédit qui les émettent, de les payer à échéances déterminées.

Ils sont émis pour une durée de 1 mois à 5 ans, et ne peuvent être inférieurs à 15 € . Le taux d’intérêt est variable.

Le souscripteur ne peut en principe, sans pénalités, liquider le bon avant l’échéance. Cependant, les " bons d’épargnes " à cinq ans, peuvent être remboursables à tout moment à compter du troisième mois.

Les intérêts perçus sont soumis à une retenue à la source de 10 % ; l’association n’est ainsi soumise à aucune déclaration fiscale à ce titre, et à aucun impôt complémentaire..

Ce type de placement est un des plus intéressants, si les fonds de l’association ne sont pas utilisés pendant plusieurs mois, c’est-à-dire pendant les vacances scolaires ou selon la saisonnalité de l’activité, par exemple, ...

Les comptes à terme

Il s’agit d’un " compte bloqué " ouvert auprès d’une banque ou d’un établissement financier sur lequel le déposant place des fonds en principe indisponibles avant une date déterminée lors de son ouverture.

Peu avantageux pour les petites ou moyennes associations, ce placement est très peu " liquide ". Il faut immobiliser les capitaux pendant une durée minimum qui varie selon l’établissement auprès duquel est ouvert le compte et disposer d’un capital de départ suffisant pour que ce placement présente un réel intérêt.

Les intérêts des comptes à terme sont soumis à l’impôt sur les sociétés au taux de 24 %.

Dans la même rubrique

2 octobre 2012

Livret A : pas de modification du plafond pour les associations

Le décret n°2012-1056 du 18 septembre 2012 modifie le plafond fixé pour les personnes physiques en le portant de 15 300 € à 19 125 €. Le plafond pour les associations mentionnées au premier alinéa de l’article L. 221-3 demeure fixé à 76 500 (...)
10 novembre 2010

Les placements en bourse

Lorsqu’une association dispose d’une réserve financière, elle a la possibilité de la placer, par exemple en bourse.

A télécharger

Les guides pratiques

Vos démarches