Séminaire international "Face à la pauvreté, quel bien-être pour les enfants et leurs familles et quelle solidarité entre générations ?"

co-organisé par le Secours catholique, Caritas France et Caritas Europa

Publié le : lundi 19 novembre 2012 - Modifié le : jeudi 29 novembre 2012

Valérie Fourneyron, Ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative, a participé, lundi 19 novembre 2012, à la première journée du séminaire international "Face à la pauvreté, quel bien-être pour les enfants et leurs familles et quelle solidarité entre générations ?".

À la veille de la Journée internationale des Droits de l’Enfant, et devant les représentants d’une trentaine de pays réunis à la Maison du Barreau de Paris, Valérie Fourneyron a rappelé la priorité gouvernementale accordée à la jeunesse tout en saluant "l’action du réseau Caritas, qui s’engage dans la lutte contre l’exclusion sociale et dans la construction des solidarités."

Ce séminaire qui se tient du 19 au 21 novembre à Paris, entend dresser un état des lieux de la pauvreté des enfants et de leurs familles en Europe, et élaborer des propositions dans la perspective de l’adoption d’une recommandation du Conseil de l’Union Européenne sur le bien-être des enfants, prévue début 2013.


En 2012, selon les chiffres de la Commission européenne, 19 millions d’enfants vivent sous le seuil de pauvreté sur le territoire de l’Union. En Europe du sud-est et dans les pays de l’ex-espace soviétique, 25% des enfants, selon les statistiques de l’Unicef, vivent encore dans la pauvreté absolue. En France, ce sont près de 2,7 millions d’enfants qui connaissent une situation de pauvreté. "Le chiffre le plus élevé jamais enregistré dans notre pays, a insisté Bernard Thibaud, secrétaire général du Secours catholique. La pauvreté s’ancre durablement en France, change de visage et ce sont les enfants et les jeunes qui payent le plus lourd tribut de cette crise durable."

"Dès l’entrée en fonction du gouvernement, nous avons pris très rapidement des mesures pour améliorer la situation des jeunes de notre pays : la création du dispositif des 150 000 emplois d’avenir, l’instauration des 150 000 contrats de génération, le recrutement de professionnels de l’éducation au sein de l’éducation nationale pour améliorer la rentrée scolaire, mais également l’encadrement des loyers ou l’accès à la santé, a rappelé Valérie Fourneyron. Notre ambition doit aller bien au-delà. Faire que les jeunes vivent mieux en 2017 qu’en 2012 reste la priorité gouvernementale. À ce titre, l’outil de la politique globale qui nous permettra d’agir sera le Comité interministériel à la jeunesse."

Valérie Fourneyron a confirmé la volonté du gouvernement d’améliorer très concrètement la situation des enfants et des jeunes en matière d’éducation, de santé, d’emploi, de logement, de mobilité, d’autonomie sur les cinq prochaines années. "Notre volonté est de remettre les plus jeunes des citoyens au centre d’un projet de société où chacun a sa place, a affirmé la ministre. Leur donner confiance, accompagner leurs aspirations, lever leurs doutes, leur donner le droit d’expérimenter, leur offrir la possibilité de s’insérer, de mener à bien leurs initiatives, de se construire une citoyenneté européenne et de croire en leurs chances." Ces sujets seront développés les 10 et 11 décembre prochains lors de la Conférence nationale contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale.

Télécharger le discours de la ministre

Dans la même rubrique

22 octobre 2012

"Chaque jeune doit pouvoir construire, dans la durée, son propre parcours pour accéder à l’autonomie réelle"

Valérie FOURNEYRON, ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative, en déplacement aujourd’hui à Angers, a appelé les associations et les collectivités locales à multiplier les partenariats, dans chaque (...)
19 juillet 2012

Les ministères sociaux obtiennent le Label Diversité

Les ministères chargés du travail, de l’emploi, de la santé, de la sécurité sociale, des solidarités, de la cohésion sociale, de la jeunesse, de la vie associative, de l’éducation populaire, de la ville et des sports se sont engagés dans la procédure (...)