Un salarié doit-il récupérer les heures qu'il n'a pas pu effectuer ?

Certains événements peuvent empêcher le salarié de travailler.

Dans ce cas, il est possible d'effectuer ces heures de travail dites perdues par la suite.

Cela est possible selon les situations suivantes :

  • Causes accidentelles, intempéries ou cas de force majeure

  • Inventaire de l'entreprise

  • Prise d'un pont (défini comme étant une période non travaillée de 1 ou 2 jours ouvrables , soit compris entre un jour férié et un jour de repos hebdomadaire, soit précédant les congés annuels)

L'accomplissement des heures perdues est mis en place à l'initiative de l'employeur.

Le salarié ne peut pas refuser d'effectuer ces heures.

Attention

les heures de travail non réalisées pour cause de grève, d'absence pour cause de jour férié ou de retard du salarié ne peuvent pas faire l'objet d'un dispositif d'heures perdues à effectuer.

L'employeur doit informer au préalable l'inspecteur du travail des interruptions collectives de travail et des conditions de mise en place des heures perdues à effectuer.

Si le travail est interrompu par un événement imprévu, l'employeur informe l'inspecteur du travail immédiatement.

L'accomplissement des heures perdues peut être fixé par accord collectif d'entreprise, accord d'établissement ou de convention, ou accord de branche.

À défaut d'accord, la durée du travail ne peut pas être augmentée de plus d'1 heure par jour.

La durée de travail ne peut pas être augmentée non plus de plus de 8 heures par semaine.

Les heures perdues doivent être effectuées dans les 12 mois précédant ou suivant leur perte.

Il n'est pas possible de répartir ces heures uniformément sur toute l'année.

Les heures perdues à effectuer ne sont pas considérées comme des heures supplémentaires.

Elles ne font donc pas l'objet d'une rémunération majorée.

Textes de référence

Mise à jour le F125

Cette rubrique est réalisée en partenariat avec www.service-public.fr

Dans la même rubrique

27 juillet 2011

Chèques-repas du bénévole

Les chèques-repas du bénévole épargnent aux associations la charge de travail administratif associée au remboursement des frais de restauration de leurs bénévoles.
27 juillet 2011

Chèque emploi-associatif (CEA)

Le chèque emploi associatif (CEA) permet à une association ou à une fondation employeur de s’acquitter, dans un seul acte du paiement, de ses salaires et de l’accomplissement des formalités obligatoires.