Tout savoir sur la loi Egalité & Citoyenneté !

Les mesures afin de favoriser une pleine reconnaissance de l’engagement étudiant.

Publié le : mardi 12 février 2019 - Modifié le : jeudi 14 février 2019

Les avancées portées par la loi s’articulent selon deux principes fondamentaux : la validation des compétences, connaissances et aptitudes acquises lors d’une expérience d’engagement, et l’aménagement de scolarité pour les responsables associatif·ve·s étudiant.e.s.

Au-delà des mesures concrètes permettant aux étudiant·e·s de mieux concilier parcours académiques et parcours d’engagement, la loi Egalité & Citoyenneté marque un tournant dans la manière dont est abordée l’acquisition de compétences.

En envisageant la formation par le prisme des compétences, l’engagement devient complémentaire aux études en ce qu’il permet d’acquérir des savoirs et des savoir-faire désormais reconnus au même titre que les enseignements dispensés par l’école ou l’université.

Pour bénéficier de la validation de certaines compétences, plusieurs types d’activités peuvent être prises en compte :
•Une activité bénévole au sein d’une association. Celle-ci n’a pas nécessairement besoin d’être interne à votre établissement, ni même d’être une association étudiante. Les activités d’élu·e·s étudiant·e·s sont également concernées dès lors que l’organisation étudiante qu’ils·elles représentent a le statut d’une association ;
•Un engagement de service civique ;
•Une activité professionnelle ;
•Une activité militaire dans la réserve opérationnelle ;
•Un engagement de sapeur pompier volontaire ;
•Un engagement de volontariat dans les armées.

Les écoles et universités décident de la manière dont les compétences seront validées. Même si la loi indique plusieurs modalités envisageables, le dernier mot reviendra à l’établissement. La liste des modalités de validation des compétences ci-dessous reste donc non-exhaustive, chaque université pouvant ajouter d’autres options.

Dans les universités, c’est la commission de la formation et de la vie universitaire qui décide des modalités de validation. Elle peut décider de soumettre le dispositif à l’avis du conseil académique voire du conseil d’administration. Pour les autres établissements, l’instance compétente est celle qui tient lieu de commission de la formation et de la vie universitaire.

Vous n’avez donc pas le choix de la modalité de validation, qui est arrêté par l’établissement.
Les différentes formes de validation proposées sont :
•l’attribution d’éléments constitutifs d’une unité d’enseignement ;
•l’attribution de crédits ECTS ;
•l’attribution de points bonus dans la moyenne générale ;
•la dispense de stage ou d’enseignement.

Pour connaître celle retenue par votre établissement d’enseignement supérieur, rendez-vous sur ce document réalisé par Animafac.

Pour bénéficier du dispositif, formulez une demande écrite que vous devrez probablement adresser au responsable de votre formation, ou le cas échéant à la personne ou au service en charge de ces questions (voir lien ci-dessus). Vous devrez fournir un document justifiant de vos activités bénévoles ou professionnelles en les décrivant le plus précisément possible. Ce document permettra au jury de repérer les compétences, connaissances et aptitudes acquises et susceptibles d’être validées.

Voir tout ceci en image.

Source : https://www.animafac.net/actualites/kit-loi-egalite-citoyennete/

Dans la même rubrique

14 février 2019

Des mesures concrètes permettant aux étudiant·e·s de mieux concilier parcours académiques et parcours d’engagement.

Les avancées portées par la loi s’articulent selon deux principes fondamentaux : la validation des compétences, connaissances et aptitudes acquises lors d’une expérience d’engagement, et l’aménagement de scolarité pour les responsables associatif·ve·s (...)
24 juillet 2015

L’année de césure reconnait le droit à l’engagement pendant les études

La circulaire du 23 juillet 2015 relative à la mise en œuvre d’une période de césure offre aux étudiant·e·s qui le souhaitent la possibilité de réaliser une période de césure considérée comme une suspension du parcours universitaire, d’une durée comprise (...)

A télécharger

Les guides pratiques

Vos démarches