Résiliation judiciaire du contrat de travail

Le salarié qui reproche à son employeur des manquements graves à ses obligations contractuelles peut demander au conseil des prud'hommes de résilier son contrat de travail. En cas de résiliation, la rupture est considérée comme un licenciement sans cause réelle et sérieuse (ou nul si le salarié était représentant du personnel). Si la résiliation judiciaire n'est pas prononcée, le salarié continue de travailler dans les conditions habituelles.

De quoi s'agit-il ?

La résiliation judiciaire du contrat du travail permet de rompre le contrat de travail à l'initiative du salarié, par la voie judiciaire, aux torts de l'employeur si le juge considère que l'employeur manque gravement à ses obligations contractuelles.

Le manquement grave de l'employeur à ses obligations contractuelles est retenu par le juge dans certains cas, notamment :

  • Discrédit jeté sur un salarié, l'affectant personnellement et portant atteinte à son image, sa fonction et son autorité

  • Suppression d'un véhicule professionnel mettant le salarié dans l'impossibilité de travailler

  • Propos dégradants tenus à l'encontre d'un salarié et portant atteinte à sa dignité

  • Discrimination

À noter

l'employeur n'est pas autorisé à demander une résiliation judiciaire, sauf faute grave d'un apprenti dans le cadre d'un contrat d'apprentissage durant les 2 premiers mois du contrat.

Qui est concerné ?

La demande de résiliation judiciaire peut être demandée :

  • par un salarié en CDI ,

  • par un salarié en CDD uniquement en cas de faute grave de l'employeur ou de force majeure .

Procédure

Pour demander la résiliation judiciaire du contrat de travail, le salarié doit saisir le conseil de prud'hommes .

Pendant toute la procédure judiciaire, le salarié continue de travailler dans les conditions habituelles. Toutefois, le contrat peut être rompu ( démission , licenciement , rupture conventionnelle , prise d'acte ) pendant la procédure prud'homale.

Conséquences

La résiliation du contrat de travail prend effet :

  • à la date du jugement

  • ou, si le salarié a été licencié pendant la procédure, à la date où le contrat de travail a été rompu.

Elle produit les effets d'un licenciement injustifié .

Dans ce cas, l'employeur doit verser au salarié :

  • une indemnité de licenciement ,

  • une indemnité compensatrice de congés payés et de préavis ,

  • une indemnité pour licenciement injustifié .

L'employeur doit également remettre au salarié les documents de fin de contrat auxquels il a droit.

La résiliation du contrat de travail prend effet :

  • À la date du jugement

  • Ou, si le salarié a été licencié pendant la procédure, à la date où le contrat de travail a été rompu

Elle produit les effets d'un licenciement nul dans le cas d'un salarié protégé .

Dans ce cas, l'employeur doit verser au salarié :

  • une indemnité de licenciement ,

  • une indemnité compensatrice de congés payés et de préavis ,

  • une indemnité pour licenciement nul .

L'employeur doit également remettre au salarié les documents de fin de contrat auxquels il a droit.

Le contrat de travail se poursuit normalement et aucune indemnité n'est due au salarié.

Si l'employeur a licencié le salarié en cours de procédure, le juge se prononce sur la validité de ce licenciement après avoir rejeté la demande de résiliation du salarié.

Textes de référence

Mise à jour le F24410

Cette rubrique est réalisée en partenariat avec www.service-public.fr

Dans la même rubrique

27 juillet 2011

Chèques-repas du bénévole

Les chèques-repas du bénévole épargnent aux associations la charge de travail administratif associée au remboursement des frais de restauration de leurs bénévoles.
27 juillet 2011

Chèque emploi-associatif (CEA)

Le chèque emploi associatif (CEA) permet à une association ou à une fondation employeur de s’acquitter, dans un seul acte du paiement, de ses salaires et de l’accomplissement des formalités obligatoires.