Conclusion du contrat de travail à durée déterminée (CDD)

Le contrat de travail à durée déterminée (CDD) doit être établi par écrit et comporter un certain nombre de mentions obligatoires. Il doit être transmis au salarié dans les 2 jours qui suivent l'embauche. Le non-respect de ce délai n'entraîne pas, à lui seul, la requalification du CDD en CDI , mais ouvre droit pour le salarié à une indemnité.

Forme et signature du contrat

Le CDD doit obligatoirement être :

  • Écrit

  • Rédigé en français

  • Signé par le salarié

L'absence d'une ou plusieurs de ces conditions entraîne la requalification par un juge du CDD en CDI.

À savoir

si le salarié est un mineur non émancipé, l'autorisation du représentant légal est nécessaire.

Motif

Le CDD doit comporter l'indication précise de son motif, par exemple :

  • Remplacement d'un salarié

  • Accroissement temporaire d'activité

  • Ou emploi à caractère saisonnier

L'absence d'une définition précise du motif du CDD entraîne sa requalification par un juge en CDI.

Attention

les cas de recours au CDD sont limités.

Durée

Le contrat de travail doit apporter les mentions suivantes relatives à la durée du contrat :

  • Dates de début et de fin du contrat

  • Clause de renouvellement si le CDD est amené à être prolongé

  • Durée minimale si le contrat ne comporte pas de terme précis

  • Durée de la période d'essai

À noter

la mention de la durée hebdomadaire du travail est obligatoire si le salarié travaille à temps partiel .

Durée maximale autorisée du CDD

Type de CDD

Durée maximale

Cas général

18 mois

Contrat de travail conclu en remplacement d'un salarié absent ou dont le contrat de travail est suspendu

18 mois

Contrat de travail conclu en remplacement d'un chef d'entreprise artisanale, industrielle ou commerciale, d'une personne exerçant une activité libérale

18 mois

Contrat conclu dans l'attente d'un salarié recruté en CDI

9 mois

Contrat conclu dans le cadre du départ définitif d'un salarié avant la suppression de son poste

24 mois

Contrat en cas d'accroissement temporaire d'activité de l'entreprise

18 mois

Contrat conclu dans le cadre d'une commande exceptionnelle à l'exportation

24 mois

Contrat conclu dans le cadre de travaux urgents nécessités par des mesures de sécurité

9 mois

Contrat conclu dans le cadre d'un emploi à caractère saisonnier

Fin de la saison

Contrat exécuté à l'étranger

24 mois

Contrat en vue de favoriser l'embauche de personnes sans emploi ( CUI-CIE et CUI-CAE )

Durée fixée par la loi ou le règlement pour chaque type de contrat

Contrat en vue d'assurer un complément de formation professionnelle

Durée fixée par la loi ou le règlement pour chaque type de contrat

Contrat conclu dans le cadre d'un emploi pour lequel il n'est pas d'usage de recourir au CDI

18 mois

Poste occupé

Le contrat de travail doit apporter les mentions suivantes relatives au poste occupé par le salarié :

  • Désignation du poste de travail

  • Nom et qualification professionnelle du salarié remplacé s'il s'agit d'un remplacement

Rémunération

Le détail de la rémunération doit figurer au contrat, à savoir :

  • Montant (qui ne peut pas être inférieur à celui que percevrait un autre salarié de l'entreprise en CDI, à qualification et poste équivalents)

  • Composition (primes, majorations, indemnités, avantages en nature, etc.)

Droits collectifs

Certains droits collectifs applicables au salarié doivent être précisés au contrat :

  • Intitulé de la convention collective applicable

  • Nom et adresse de la caisse de retraite complémentaire

  • Nom et adresse de l'organisme de prévoyance si l'entreprise est affiliée

  • Intitulé et références de l'accord collectif qui institue le contrat, s'il s'agit d'un CDD à objet défini

Remise au salarié

Le contrat de travail doit être transmis au salarié au plus tard dans les 2 jours ouvrables suivant l'embauche.

Le non-respect de ce délai de transmission n’entraîne pas, à lui seul, la requalification du CDD en CDI. Mais le salarié a droit à une indemnité, à la charge de l'employeur, égale, au maximum, à un mois de salaire.

Textes de référence

Mise à jour le F36

Cette rubrique est réalisée en partenariat avec www.service-public.fr

Dans la même rubrique

27 juillet 2011

Chèques-repas du bénévole

Les chèques-repas du bénévole épargnent aux associations la charge de travail administratif associée au remboursement des frais de restauration de leurs bénévoles.
27 juillet 2011

Chèque emploi-associatif (CEA)

Le chèque emploi associatif (CEA) permet à une association ou à une fondation employeur de s’acquitter, dans un seul acte du paiement, de ses salaires et de l’accomplissement des formalités obligatoires.