Une association à but non lucratif peut-elle avoir une activité commerciale ?

Oui, une association à but non lucratif peut mener une activité commerciale, de manière régulière ou occasionnelle. Mais cela peut avoir des conséquences fiscales.

En effet, une association loi 1901 est un contrat par lequel 2 personnes, au moins, mettent en commun leurs connaissances ou leur activité dans un but autre que de partager des bénéfices . Cette définition signifie que la démarche de ces personnes doit être désintéressée et qu'une association n'est pas guidée par la recherche du profit.

En conséquence, une association loi 1901 n'est en principe pas soumise aux impôts dus par les personnes exerçant une activité commerciale (notamment la TVA , l'impôt sur les sociétés et la contribution économique territoriale ).

Il en est de même de tous les organismes sans but lucratif (OSBL)  :

  • Congrégations religieuses

  • Associations d'Alsace-Moselle

  • Fondations reconnues d'utilité publique et fondations d'entreprise

  • Syndicats professionnels

  • Fonds de dotation

Si une association décide de mener une activité lucrative, elle peut continuer d'être exonérée des impôts dits commerciaux , si elle remplit toutes les conditions suivantes :

  • sa gestion est désintéressée ,

  • ses activités commerciales ne concurrencent pas le secteur privé ,

  • l'activité lucrative représente une part marginale du budget de l'association et ses activités non lucratives restent prépondérantes.

En outre, certains organismes sans but lucratif peuvent organiser 6 manifestations de bienfaisance ou de soutien par an à leur profit exclusif. Quel que soit leur montant, les recettes obtenues lors de ces manifestations sont exonérées d'impôts commerciaux. Les organismes concernés sont les organismes à caractère social, éducatif, culturel, sportif, social ou philanthropique. L'exonération concerne les manifestations qui, faisant appel à la générosité du public, procurent à l'organisateur des moyens financiers exceptionnels. Les manifestations visées peuvent être diverses :

  • Bals, concerts, spectacles folkloriques ou de variétés,

  • Séances de cinéma ou de théâtre,

  • Ventes de charité ou de solidarité,

  • Expositions,

  • Kermesses, tombolas, loteries,

  • Divertissements sportifs,

Les recettes lucratives (hors celles obtenues lors des manifestations de bienfaisance) sont soumises à déclaration et à imposition :

  • dès le 1 er  euro, si elles représentent une part prépondérante des ressources de l'association,

  • ou au-delà de 63 059 € par an, si elles sont marginales dans le budget de l'association.

Où s'informer ?

Mise à jour le F31838

Cette rubrique est réalisée en partenariat avec www.service-public.fr

Dans la même rubrique

3 janvier 2018

L’agrément de jeunesse et d’éducation populaire

De nombreux ministères utilisent la procédure de l’agrément. L’agrément "jeunesse et éducation populaire" est le plus ancien, puisque c’est une Ordonnance du 2 octobre 1943, rendue applicable par l’Ordonnance du 9 août 1944, qui fait référence à cette (...)
3 janvier 2018

Associations de protection de l’environnement

Une association de protection de l’environnement peut être agréée si elle remplit certaines conditions. Elle dispose alors de prérogatives particulières : participation aux instances consultatives ayant vocation à examiner les politiques (...)