Association d'intérêt général : comment et pourquoi demander un rescrit fiscal ?

Un organisme d'intérêt général peut s'assurer auprès de l'administration fiscale qu'il a bien cette qualité par la procédure du rescrit fiscal.

Un organisme d’intérêt général peut délivrer des reçus fiscaux à ses donateurs et membres afin qu'ils puissent bénéficier d'une réduction d’impôt.

En effet, les particuliers qui effectuent des versements ou abandonnent des créances au profit de certains organismes d'intérêt général bénéficient d'une réduction d'impôt sur le revenu. De même, les entreprises bénéficient d'une réduction d'impôt sur les sociétés.

Les organismes concernés sont les œuvres ou organismes d'intérêt général :

  • ayant un caractère philanthropique, éducatif, scientifique, social, humanitaire, sportif, familial ou culturel,

  • ou concourant à la mise en valeur du patrimoine artistique, à la défense de l'environnement naturel ou à la diffusion de la culture, de la langue et des connaissances scientifiques françaises.

Pour pouvoir délivrer ces reçus fiscaux, l'organisme concerné peut s'assurer auprès de l'administration fiscale qu'il est bien d'intérêt général par la procédure du rescrit fiscal. Pour cela, il doit présenter sa demande selon un modèle de lettre , en courrier recommandé avec accusé de réception, à la direction départementale des finances publiques de son siège. La demande peut aussi faire l'objet d'un dépôt contre décharge.

Où s'informer ?

À savoir

un correspondant associations est désigné dans chaque direction départementale des finances publiques qui répond à toutes les interrogations pratiques.

La demande doit comporter :

  • une présentation précise, complète et sincère de l'activité exercée par l'organisme,

  • et toutes les informations nécessaires à l'administration pour apprécier s'il s'agit bien d'un organisme d'intérêt général exerçant son activité dans l'un des domaines requis.

L'auteur de la demande doit être clairement identifié et mandaté par l'organisme.

L'administration fiscale a 6 mois pour répondre à partir de la date de réception de la demande. Si l'administration demande des informations complémentaires, le délai de 6 mois ne court qu'à partir de la réception de la totalité des éléments du dossier. Le délai de 6 mois se calcule de quantième à quantième. Exemple : pour une demande reçue le 10 mai, le délai expire le 10 novembre. Lorsqu'il expire normalement un samedi, un dimanche ou un jour férié ou chômé, il est prolongé jusqu'au 1 er jour ouvrable suivant.

Passé le délai de 6 mois, sans notification d'accord de l'administration, une association peut émettre des reçus fiscaux.

Si l'administration répond négativement à la demande de rescrit après le délai des 6 mois, sa décision s'impose à l'association qui doit cesser d'émettre des reçus fiscaux. Mais l'administration ne peut pas en revanche appliquer de pénalités pour la période pendant laquelle l'association se trouvait sans réponse.

Lorsqu'elle est négative, l'administration doit motiver sa décision. Si l'organisme ne partage pas l'avis de l'administration, il peut demander un second examen dans un délai de 2 mois à condition qu'il n'invoque pas d'éléments nouveaux.

L'organisme qui délivre des reçus fiscaux malgré une réponse négative de l'administration encourt une amende égale au montant de la réduction d'impôt indûment obtenue.

Services en ligne et formulaires

Pour en savoir plus

Mise à jour le F34246

Cette rubrique est réalisée en partenariat avec www.service-public.fr

Dans la même rubrique

3 janvier 2018

L’agrément de jeunesse et d’éducation populaire

De nombreux ministères utilisent la procédure de l’agrément. L’agrément "jeunesse et éducation populaire" est le plus ancien, puisque c’est une Ordonnance du 2 octobre 1943, rendue applicable par l’Ordonnance du 9 août 1944, qui fait référence à cette (...)
3 janvier 2018

Associations de protection de l’environnement

Une association de protection de l’environnement peut être agréée si elle remplit certaines conditions. Elle dispose alors de prérogatives particulières : participation aux instances consultatives ayant vocation à examiner les politiques (...)