Comment se fixe l'ordre du jour de l'assemblée générale d'une association ?

Sauf exception, c'est à chaque association de définir dans ses statuts les conditions dans lesquelles l'ordre du jour des réunions de l'assemblée générale doit être établi.

Il est ainsi recommandé de prévoir dans les statuts ou dans un règlement intérieur des dispositions concernant :

  • les personnes ou l'instance ayant autorité pour déterminer l'ordre du jour,

  • le délai minimum à respecter entre l'envoi des convocations à l'assemblée générale mentionnant l'ordre du jour et la date de la réunion,

  • éventuellement, les conditions dans lesquelles des membres peuvent demander l'inscription d'une question à l'ordre du jour.

Il est également recommandé de prévoir dans les statuts ou dans un règlement intérieur les sujets devant être inscrits périodiquement à l'ordre du jour de l'assemblée générale tels que notamment :

  • l'approbation des comptes et du rapport d'activités,

  • le vote du budget,

  • la désignation des dirigeants.

Un certain nombre de règles ont été établies par les tribunaux :

  • le libellé des questions inscrites à l'ordre du jour doit être précis afin de permettre aux membres de préparer les débats,

  • le libellé des points inscrits à l'ordre du jour ne peut pas être à la fois positif et négatif (tel que, par exemple, maintien ou non de monsieur/madame X en qualité de directeur car le vote pourrait être interprété positivement ou négativement et serait en conséquence inapplicable),

  • l'ordre du jour peut comporter une rubrique questions diverses mais elle ne doit porter que sur des points mineurs qui n'ont pas d'incidence sur le fonctionnement et l'activité de l'association,

  • l'assemblée générale ne peut valablement délibérer que sur les points inscrits à l'ordre du jour figurant dans la convocation à la réunion,

  • l'assemblée générale doit délibérer sur tous les points inscrits à l'ordre du jour. Le président de séance ne peut pas décider d'écarter des débats une question prévue, ni lever la séance tant que l'ordre du jour n'est pas épuisé.

À savoir

des dispositions légales ou réglementaires obligent, dans certains cas, les associations à tenir une assemblée générale. Par exemple, les associations qui reçoivent au moins 153 000 € de subventions ou de dons doivent soumettre leurs comptes à l'approbation de l'assemblée générale. La dissolution volontaire d'une association doit être votée en assemblée générale, etc.

Où s'informer ?

Mise à jour le F21573

Cette rubrique est réalisée en partenariat avec www.service-public.fr

Dans la même rubrique

3 janvier 2018

L’agrément de jeunesse et d’éducation populaire

De nombreux ministères utilisent la procédure de l’agrément. L’agrément "jeunesse et éducation populaire" est le plus ancien, puisque c’est une Ordonnance du 2 octobre 1943, rendue applicable par l’Ordonnance du 9 août 1944, qui fait référence à cette (...)
3 janvier 2018

Associations de protection de l’environnement

Une association de protection de l’environnement peut être agréée si elle remplit certaines conditions. Elle dispose alors de prérogatives particulières : participation aux instances consultatives ayant vocation à examiner les politiques (...)