Douane : argent transféré de la France à l'étranger

Vous pouvez transférer librement de l'argent liquide (sommes, titres ou valeurs) de la France vers l'étranger, quel que soit le pays, sans l'intermédiaire d'un établissement bancaire. Toutefois, à partir d'une certaine somme, vous devez faire une déclaration à la douane. Vous pourrez être sanctionné si vous faites une fausse déclaration ou si vous ne déclarez pas ces sommes.

Qui doit faire la déclaration ?

Vous devez déclarer à la douane tout transfert de la France (métropole ou outre-mer) vers l'étranger d'une somme de 10 000 € ou plus (ou son équivalent en devises).

Cette obligation concerne toute personne résidant ou non en France (peu importe la nationalité) transférant de l'argent.

Il peut s'agir de sommes (espèces ou chèques), titres (actions, obligations, etc.), ou valeurs.

Le transfert peut être réalisé pour son propre compte ou pour celui d'un tiers (individu ou société).

Cette obligation concerne également les couples, les familles ou les personnes quand la somme de leurs fonds atteint  10 000 € et qu'il existe entre eux une communauté d'intérêt.

Exemple

Si l'un des époux transporte 5 000 € et l'autre 5 000 € , chacun d'eux doit faire une déclaration.

Si l'un des époux peut apporter la preuve que la somme transportée lui appartient seulement à lui et non aux deux, sans communauté d'intérêt définie par le mariage ou le pacs, il n'est pas obligé de faire la déclaration, (sauf si la somme est égale ou supérieur à 10 000 € ).

Opérations concernées

Vous devez déclarer les valeurs transportées d'au moins 10 000 € , notamment :

  • Espèces (billets de banque et pièces de monnaie)

  • Or (lingot ou pièce)

  • Plaques, jetons ou tickets de casino

  • Chèques au porteur et chèques de voyage

  • Billets à ordre

  • Effets de commerce non domiciliés

  • Bons de caisse anonymes

  • Mandats

  • Monnaie électronique (cartes prépayées...)

  • Valeurs mobilières, bons de capitalisation et autres titres de créances.

Vous devez déclarer les valeurs transportées d'au moins 10 000 € , notamment :

  • Espèces (billets de banque et pièces de monnaie)

  • Chèques au porteur et chèques de voyage

  • Billets à ordre

  • Effets de commerce non domiciliés

  • Bons de caisse anonymes

  • Mandats

  • Valeurs mobilières, bons de capitalisation et autres titres de créances.

Comment faire la déclaration ?

Par le service en ligne de déclaration de capitaux (DALIA), entre 30 et 2 jours avant la date du transfert des fonds

Services en ligne et formulaires

Services en ligne et formulaires

Ce formulaire est à remettre au service des douanes au moment de la sortie du territoire français.

Services en ligne et formulaires

Ce formulaire doit être adressé à :

Où s'informer ?

Coût

La déclaration est gratuite.

Sanctions

En cas de non-déclaration ou de fausse déclaration, plusieurs sanctions peuvent être infligées, notamment :

  • une amende égale à 50 % de la somme sur laquelle a porté l'infraction ou la tentative d'infraction

  • et la confiscation de la totalité des fonds par la douane.

De plus, les fonds transférés de l'étranger sans déclaration en douane sont présumés être des revenus imposables en France.

L'administration fiscale peut juger que cet argent provient de revenus dissimulés et notifier un rappel d'impôt, assortis d'un intérêt de retard de  0,20 % par mois et d'une majoration de 40 % .

Toutefois, la majoration n'est pas mise en œuvre si l'amende égale à 50 % de la somme d'argent dissimulée a été appliquée.

Où s'informer ?

Services en ligne et formulaires

Pour en savoir plus

Mise à jour le F794

Cette rubrique est réalisée en partenariat avec www.service-public.fr

Dans la même rubrique

27 juillet 2011

Chèques-repas du bénévole

Les chèques-repas du bénévole épargnent aux associations la charge de travail administratif associée au remboursement des frais de restauration de leurs bénévoles.
27 juillet 2011

Chèque emploi-associatif (CEA)

Le chèque emploi associatif (CEA) permet à une association ou à une fondation employeur de s’acquitter, dans un seul acte du paiement, de ses salaires et de l’accomplissement des formalités obligatoires.